Championnat de France Doublette de Jeu Provençal.

Avec un peu de retard, je me lance à vous faire le résumé du championnat de France doublette de jeu provençal qui se déroulait du 24 au 26 août 2012 dans le département de l’Hérault à FRONTIGNAN, et auxquels participaient Robert et Manu, nos champions départementaux dans cette catégorie.
Arrivés la veille au soir, nous cherchons les terrains, peu d’indications, mais après quelques détours et beaucoup de patience nous les trouvons, non loin de la mer et des lagunes où les flamants roses semblent se moquer éperdument du touriste égaré.
Sur place, rien ne laisse penser que vont se dérouler le lendemain les championnats de France doublette de jeu provençal. Cela est peut être du à la période de restriction actuelle, et notre fédération s’aligne en économisant l’annonce de l’événementiel. Heureusement deux camions podium, propriétés respectives du département et d’un journal local, ont été mis à disposition pour cette compétition.
Nous prenons le repas du jeudi soir ensemble, joueurs et supporters Rivois, sur un grand parking proche des jeux, dont les arbres et les lampadaires sont décorés avec des chaussures, certainement une spécialité locale avec le muscat. On apprend ainsi que la seconde équipe Iséroise, n’a pas ses tenues, certainement un loupé entre le comité, le délégué ou les joueurs, quoi qu’il en soit, ils doivent s’équiper sur place. Nos protégés, eux avaient pris les devants et récupéré leurs uniformes bien avant le déplacement. Ils sont logés dans un hôtel proche du centre ville, à quelques kilomètres des jeux. La soirée se termine tranquillement, et nous laissons nos petits bleus aller se coucher, afin d’être en forme pour le lendemain. Yvette par nécessité devient leur délégué, le temps que Jacques reste auprès de l’autre formation Isèroise.
Vendredi matin, le championnat de France doublette de jeu provençal est lancé dès 08 heures, les parties se jouent en 11 points et il en sera ainsi jusqu’aux demi-finales. Première rencontre, on affronte le Jura, sur des jeux pas glop du tout, comme aurait pu dire YéYé le petit ami de Zembla.
Nos protégés ne sont pas dans le coup, et la partie s’achève dans un délai plus proche du temps de cuisson d’un œuf dur que d’une partie normale, non pas tout à fait, mais presque, environ une heure. Quatre mènes ont suffit pour défaire nos joueurs 2-0, 2-3, 2-9, 2-11. Plus de place à la défaite, il faut impérativement gagner, le joker vient d’être utilisé. Seconde partie contre la Lozère, elle débute avant midi et à la pause, nos garçons sont menés 3 à 6 (1-0, 1-2, 1-4, 2-4, 2-6, 3-6,). Ils jouent un peu mieux, mais ce terrain ne leur convient toujours pas. Repas toujours pris en commun entre supporters, joueurs et délégué.
14 heures reprise des parties, jusqu’aux 32èmes de finale. Nos Rivois ont pris des forces et de l’assurance, malgré une mène d’entrée qui leur coûte quatre point,  ils jouent mieux, et remontent le retard (3-10, 4-10, 6-10, 8-10, 9-10, 10-10, 11-10) pour coiffer au poteaux ces sympathiques Lozériens.
On attaque maintenant les barrages contre l’Eure et Loir. Décidément ils ont envie de nous faire craquer ou mourir d’un infarctus, car dans cette partie encore, l’adversaire est à un pas de la victoire, quand nos champions redressent la barre pour venir les doubler sur le fil. (0-1, 1-1, 1-4, 2-4, 7-4, 7-6, 8-6, 8-8, 8-10, 9-10, 11-10).
Il commence à se faire tard, et il ne reste plus qu’une partie pour revenir le lendemain. Le tirage n’est pas clément pour nos bleus qui se voient opposés à des favoris pour le titre, la redoutable équipe Mohamed BENMOSTEFA et Philippe ROUZE des Alpes Maritime. Pas d’échappatoire possible et en toute logique nos Rivois s’inclinent contre une formation plus forte dans cette partie.
Il reste le souvenir d’une belle journée, avec des moments forts, où nos joueurs n’ont jamais baissé les bras, et ont souvent trouvé la force de revenir, même quand certaines personnes ne donnaient pas cher de leur peau, l’oiseau est resté dans l’arbre et n’est pas tombé.

Laisser un commentaire